Berlin,

Alors que la plupart des Français sont déjà en train de réfléchir à leurs vacances d’été à venir, Babbel, solution en ligne d’apprentissage des langues, a mené une grande enquête à l’échelle européenne auprès de 5 000 utilisateurs sur l’apprentissage des langues en ligne. Et résultat intéressant, les Français font figure de premier de la classe quand il s’agit de chercher à s’exprimer dans une autre langue comme savoir prononcer Merhaba – Bonjour en Turc – par exemple.

Les Français, deux fois plus disciplinés que les Allemands

Les Français sont 60% à déclarer apprendre de manière disciplinée, à un rythme fixe, que ce soit 2 à 3 fois par semaine pour 28% d’entre eux, 4 à 5 fois par semaine pour 24% et une fois par jour pour 23% d’entre eux ! Les Allemands ne sont pas des exemples de régularité puisqu’ils sont 60% du côté germanique à ne déclarer apprendre que lorsque l’envie leur prend, suivis par 58% des Anglais, 46% des Italiens, 43% des Espagnols et enfin 38% des Français. Les Français sont donc deux fois plus disciplinés que les Allemands pour apprendre une langue ! Chargée de relations clients chez Babbel, Roselyne Titaud n’est pas surprise par ce résultat « Nous recevons au moins un email par jour de Français qui s’excusent de ne pas s’être connectés depuis quelques jours suite à un imprévu, preuve que les Français sont attachés à une certaine discipline de l’apprentissage » L’étude met aussi en avant un fait amusant : l’allemand est la seule langue qui est apprise par plus d’hommes que de femmes en France. Cette langue compte en effet 30% de plus d’apprenants hommes que d’apprenants femmes, alors même que toutes les autres langues sont majoritairement apprises par les femmes.

Volonté d’apprendre et de se faire comprendre !

La volonté de se faire comprendre lors d’un séjour à l’étranger est la principale source de motivation des Français dont 28% se plongent dans les cours de langue en priorité pour apprendre la meilleure manière de demander son chemin en espagnol ou de réserver sa chambre d’hôtel en italien. On retrouve cette même proportion à l’échelle européenne puisque 26% des Européens toute nationalité confondue expriment la même motivation. L’intérêt pour la langue est la seconde motivation – à 22% - que ce soit en France ou au niveau européen. Cependant, lorsqu’on y regarde de plus près, les motivations varient selon les tranches d’âge. Ainsi, 63% des Français de 45 à 70 ans cherchent d’abord à se faire comprendre tandis que 57% des 18-34 ans choisissent l’apprentissage d’une langue avant tout par intérêt porté à celle-ci. Enfin, Français et Européens sont d’accord sur un fait : apprendre une langue permet de se maintenir alerte mentalement et ils sont 17% en France comme en Europe à se plonger dans une langue étrangère pour cette raison. C’est d’ailleurs la motivation principale des plus de 70 ans : 30% d’entre eux apprennent une langue pour cette raison principale.

Apprendre pour mieux communiquer avec sa famille !

Autre tendance française qui se dégage : la volonté d’apprendre une langue pour mieux échanger avec sa famille, que ce soit son conjoint, son beau-fils ou sa belle-fille d’origine étrangère. Ils sont 8% à apprendre comment communiquer dans la langue maternelle de leur partenaire ou autres parents. Cette tendance s’amplifie chez les Français de 55-70 ans qui sont les plus nombreux – soit 57% - à choisir l’apprentissage des langues pour cette raison particulière. « Nos apprenants nous confient souvent apprendre une langue car leurs enfants ou petits-enfants vivent dans un autre pays, ou sont mariés à un étranger. Cela leur donne envie d’apprendre une langue afin de mieux communiquer avec eux, et surtout de mieux comprendre la culture du pays de leur belle-famille, » explique Roselyne Titaud. Cette volonté est d’ailleurs plus fortement marquée auprès des femmes qui sont 65% des françaises à apprendre comment dire ‘Vous prendrez du thé ou du café ?’ à leur beau-fils au réveil contre 35% des hommes.

A chaque nationalité, ses habitudes

Alors que les français sont 30% à préférer apprendre le matin en se rendant au travail ou à leurs activités et 34% le soir, les allemands ont plus tendance que n’importe quel européen à privilégier leur pause du déjeuner pour se connecter à leur leçon. 47% des espagnols sont en revanche plus actifs le soir ou pendant la nuit. La nuit, au contraire, est réservée au sommeil puisque seulement 4% des français … insomniaques profitent du temps nocturne pour apprendre. Ces données reflètent l’état d’esprit dans lequel chaque nationalité aime se retrouver pour étudier. Si, 85% des Français préfèrent apprendre à la maison dans un environnement calme, une nouvelle tendance mobile se dessine néanmoins puisque près de 8% des Français préfèrent mettre à profit les moments d’attente ou leur temps de transport pour améliorer leur espagnol ou leur italien, surtout chez les jeunes puisque près de 60% des personnes préférant ce type d’apprentissage ont moins de 35 ans. Ainsi, les possibilités offertes par le développement des technologies mobiles fait naître de nouveaux comportements d’apprentissage qui étaient autrefois inenvisageables.

Les langues étrangères sur l’oreiller

Sur le plan européen, l’apprentissage mobile semble avoir remplacé la lecture d’un livre avant le coucher : beaucoup de participants ont confié réviser leur vocabulaire sur leur tablette, avant de dormir. Ils sont 25% à accéder aux cours de langues via leur smartphone ou tablette depuis chez eux. Le lit est notamment le lieu d’apprentissage par excellence où les apprenants se connectent en position allongée avant de plonger dans les bras de Morphée.

Babbel au cœur de l’apprentissage

Plus que n’importe quelle autre nationalité, 64,5% des Français tendent à utiliser Babbel uniquement, preuve que l’apprentissage en ligne répond particulièrement à leurs attentes, soit +10% par rapport à la moyenne des autres pays.

Berlin,