Berlin,

Selon les résultats d’une récente enquête, 93% des utilisateurs de Babbel, estiment qu’apprendre une nouvelle langue permet de garder la forme mentalement et de stimuler le cerveau. A l’occasion de la journée mondiale de la santé, Babbel, l’application leader d’apprentissage de langues, fait le point sur les nombreux bénéfices liés à l’enseignement d’un nouveau langage.


Les langues modifient la structure du cerveau

L’apprentissage d’une langue entraine des modifications parfois inattendues dans la structure même du cerveau. Une étude menée par l’université de Lund1 a mis en lumière l’impact de l’apprentissage d’une langue sur le développement de l’hippocampe et de trois autres zones du cortex cérébral. Pour cela, les chercheurs ont comparé deux groupes d’étudiants, l’un suivant un programme intensif en langues, l’autre suivant un programme de médecine et de sciences cognitives. Les résultats montrent qu’apprendre une langue présente des avantages cognitifs supérieurs à d’autres apprentissages, car seuls les étudiants du groupe de langues présentaient un développement des zones citées précédemment. En effet, l’hippocampe joue un rôle primordial dans la mémoire et les émotions.

Le développement de nouveaux réseaux neuronaux

L’impact sur le cerveau va encore plus loin chez les personnes bilingues, comme le montre l’étude réalisée par les chercheurs de Northwestern2. Les personnes polyglottes jonglent constamment d’une langue à l’autre, en choisissant celle qui sera la mieux adaptée au contexte. Cette co-activation des langues permet le développement de nouveaux réseaux neuronaux. De manière imagée, le cerveau d’une personne bilingue est constamment en train de résoudre un puzzle, en passant d’une langue à l’autre. Cela implique que le cerveau d’une personne bilingue est toujours en train de s’exercer, même lorsque celle-ci ne fait rien de spécial.

Booster sa concentration

Apprendre une langue reste l’une des méthodes les plus efficaces pour booster sa concentration. L’un des principaux avantages à être bilingue réside dans la capacité du cerveau à filtrer les informations inutiles, à la manière d’enfants qui ignorent les bruits parasites dans une classe pour se concentrer sur le cours. Il faut également souligner que ces résultats ne concernent pas uniquement les personnes parfaitement bilingues, puisque les bénéfices peuvent s’observer dès le premier semestre d’apprentissage.


1 Lund University (2012) “Language learning makes the brain grow, Swedish study suggests.”

2 Northwestern University (2014) “Bilingual brains better equipped to process information”


Berlin,